Actualités

01/05/2017

Nouveaux OGM ! Nouvelles menaces ?

 

Une accélération dans le bricolage du vivant.

 

Information sur les différences entre les premiers OGM, ceux proches de la mutagénèse et la toute nouvelle génération particulièrement inquiétante par leur facilité technique, rapides et peu chères.

 

Le samedi 20 mai 2017 de 9h30 à 16h15/16h30

Salle Pierre Guédou, 13 impasse Floréal (proche de la gare Sud)

 

Avec Christian Vélot

Chercheur en biologie Biomoléculaire

 

et

 

Patrick De Kochko

 

ex chercheur à l'INRA,paysan bio, membre du réseau semences paysannes

 

Toutes les informations sur le document à télécharger ci-dessous.

 

Nouveaux OGM ! nouvelles menaces ?
Journée d'information sur les différences entre les premiers OGM et la toute nouvelle génération
stopOGM.pdf
Document Adobe Acrobat 327.4 KB

03/04/2017

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION

 

Jeudi 27 AVRIL à  20h30

Salle Edith Piaf au Mans.

 

 

À l'issue de l'AG, conférence :

"L'architecture au service de l'environnement " 

01/03/2017

Compteurs LINKY
Résumé de mes recherches sur les compteurs LINKY
linky.pdf
Document Adobe Acrobat 90.8 KB

Prochaine conférence : jeudi 2 mars 2017

 

Santé et nutrition, une relation étroite : les bonnes pratiques à adopter

 

Plus d'infos

30/06/2016

Le glyphosate à nouveau autorisé en Europe pour dix-huit mois

La Commission européenne a renouvelé l'agrément de l'herbicide controversé, faute d'accord entre les Etats membres

 






C'est la conclusion de quinze mois de bataille. La Commission européenne a annoncé, mercredi 29  juin, le renouvellement de l'autorisation en Europe du glypho-sate, principe actif controversé du célèbre Roundup et d'un grand nombre d'herbicides, pour une période de dix-huit mois au maximum. Les commissaires ont pris cette décision malgré la résistance de certains Etats membres.

Après plusieurs reports, les Etats n'avaient toujours pas réussi à se mettre d'accord lors d'une dernière réunion d'experts le 24  juin. Dix-neuf pays avaient voté en faveur de la proposition de la Commission de renouveler provisoirement le glyphosate. Mais l'abstention de sept Etats (Allemagne, Italie, Portugal, Grèce, Autriche, Bulgarie, Luxembourg) et le vote contre de la France – qui fait évoluer sa position de l'abstention vers un vote négatif – et de Malte ont bloqué toute décision, empêchant de trouver une majorité qualifiée. Celle-ci est atteinte lorsque 55  % des Etats membres, représentant 65  % de la population européenne, votent une proposition.

Mercredi, l'exécutif européen a expliqué, dans un communiqué, avoir " décidé de prolonger l'autorisation du glyphosate pour une période limitée, jusqu'à ce que l'Agence européenne des produits chimiques publie son avis, au plus tard à la fin de 2017 ", rendant responsables de cette décision les Etats membres qui n'ont pas été capables de " prendre leurs responsabilités ".

" Cancérogène probable "

Le commissaire européen à la santé, Vytenis Andriukaitis, avait annoncé cette décision dès mardi, à l'occasion d'un sommet des ministres de l'agriculture. L'autorisation du produit arrivant à échéance jeudi, la Commission devait trancher, au risque de voir cet herbicide, le plus utilisé dans les champs européens, interdit de fait dans l'Union européenne.

Les commissaires ont toutefois proposé des restrictions sur l'usage de cette substance, notamment dans les jardins publics et les parcs, et comme traitement préalable à la récolte pratiqué sur des cultures destinées à la consommation. Un adjuvant utilisé avec le glyphosate, le PŒ-tallowamine, a été interdit.

Ces restrictions ne donnent que plus de poids à ceux qui dénoncent la dangerosité de ce produit, considéré comme " cancérogène probable " par le Centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé, l'Autorité européenne de sécurité des aliments ayant quant à elle estimé " improbable que cette substance soit cancérogène ".

Dès la décision européenne confirmée, les protestations se sont multipliées. " La Commission aurait dû interdire cette substance (…) et ainsi faire prévaloir la santé des Européens sur les préoccupations strictement pécuniaires de l'industrie chimique ", a déclaré Michèle Rivasi, la vice-présidente écologiste du Parlement européen. La ministre de l'environnement française, Ségolène Royal, rappelle de son côté que " le travail a été fait, la France a voté -contre "" Le glyphosate a quand même du plomb dans l'aile, et son autorisation n'est plus que de dix-huit mois, au lieu de quinze ans - comme le prévoyait à l'origine la Commission - ", a ajouté la ministre. Cette réduction de la durée d'autorisation irrite d'ailleurs les professionnels regroupés dans le Groupe de travail sur le glyphosate, qui dénonce des " considérations politiques ".

Rémi Barroux

© Le Monde

09/05/2016

 

// PÉTITION - Interpellons les "sénaTUEURS d'abeilles" !

Chers amis, chères amies,

Les 3 & 4 mai dernier, la Commission du Développement Durable du Sénat a débattu du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité.
Tapis dans l’ombre de cette commission (dont les débats ne sont pas publics !), les sénateurs en ont profité pour supprimer toute interdiction des insecticides néonicotinoïdes.
  • Alors même que l’Assemblée nationale avait conditionné une éventuelle interdiction à un report de sa mise en œuvre à la date du 1er septembre 2018 (interdiction TROP tardive !) ; 
  • Alors même qu’un amendement sénatorial proposait un nouveau report au 1er septembre 2022 (interdiction BIEN TROP tardive !!) ;
Les sénateurs de cette commission ont rejeté l’idée même d’une interdiction qui leur semble tout bonnement inenvisageable (INCROYABLE !!!).
Pourtant, un collectif d’associations et structures agricoles a démontré qu’une telle interdiction était non seulement possible (l’agriculture biologique est là pour le démontrer chaque jour !) mais qu’elle n’induisait pas de baisse des rendements.
Frappés de surdité démocratique, les « sénaTUEURS d’abeilles » doivent nous entendre !
  • 76 % des personnes interrogées indiquent soutenir l’idée d’une interdiction des insecticides néonicotinoïdes, d'après un sondage IFOP commandé par Agir pour l’Environnement.
  • Nous sommes déjà près de 140 000 signataires à avoir demandé l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles ».
Soyons encore des dizaines de milliers à interpeller ces « sénaTUEURS d’abeilles ». La démocratie n’est rien sans les citoyens, donc sans nous !
A partir du 10 mai 2016, les sénateurs se réuniront en séance plénière pour réintroduire ou rejeter l’interdiction des insecticides tueurs d’abeilles.
 
 

ou
http://neonicotinoides-senateurs.agirpourlenvironnement.org/


★ Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé.★ - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.

StéphenMartinMickaëlJulieBenjamin, Magali, Mathias et toute l'équipe d'Agir pour l'Environnement.
contact@agirpourlenvironnement.org
--
http://www.agirpourlenvironnement.org
http://www.facebook.com/association.agirpourlenvironnement
http://www.twitter.com/APEnvironnement

09/05/2016

LOI SANTÉ : PROPOSITIONS DU RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTÉ
UNE LOI SANTÉ
POUR RÉUSSIR LA RÉVOLUTION DE LA SANTÉ
LoiSanté-SantéEnvironnementale-Auditions
Document Adobe Acrobat 400.8 KB

28/04/2016

Vaccination : démission fracassante d’un haut-fonctionnaire du ministère de la Santé

Chère amie, cher ami, 

Toute la presse a parlé de la démission fracassante de Thomas Dietrich, haut-fonctionnaire au ministère de la Santé. [1] 

L’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle a aussitôt reçu la lettre de 28 pages qu’il a envoyée à l’IGAS, la police de la santé et des affaires sociales. Il y dénonce les manœuvres et pressions au sein du ministère de la santé pour empêcher un vrai débat sur la vaccination. 

Il écrit noir sur blanc que : 

« le 12 janvier 2016, la députée Sandrine Hurel remit son rapport sur la vaccination à Marisol Touraine… Certains ne sont même pas loin de penser que ce rapport n’a été commandé qu’afin de faire patienter les citoyens en espérant que ceux-ci finissent par se désintéresser de la question.Quoi qu’il en soit, Marisol Touraine annonça dans la foulée de ce rapport un débat faussement indépendant» 

« L’urgence était grande », explique-t-il ailleurs : « une pétition dénonçant la pénurie de vaccins trivalent/tétravalent DT-Polio et les dangers du vaccin hexavalent (incluant l’hépatite B), suspecté de déclencher la sclérose en plaques, venait de recueillir 700 000 signatures. » 

Nous avons donc un haut-fonctionnaire qui révèle au grand jour les manœuvres qui s’opèrent derrière les vitres fumées du ministère de la Santé. Ces manœuvres, nous les devinions, mais nous n’avions pas de preuve jusqu’à présent. 

On sait maintenant officiellement que le grand débat sur les vaccins aurait pour but de faire patienter les personnes lucides qui se sont mobilisées, jusqu’à ce qu’elles se découragent

Et le pire, c’est que tout cela se fait, selon Thomas Dietrich, avec l’argent des citoyens et à leur détriment : 

« La démocratie en santé n’est qu’une vaste mascarade montée (…) au détriment des citoyens, dont on utilise les deniers pour mettre en place des instances consultatives qui, comble du cynisme, ne doivent à aucun prix remplir le rôle qui leur est assigné par la loi », écrit-il. 

Néanmoins, l’aspect positif des choses est qu’on sait désormais aussi avec certitude que les 700 000 signatures à notre pétition (citée dans sa lettre) pour le retour du simple vaccin DT-Polio sans hépatite B et sans aluminium ont provoqué la panique au ministère

Cela veut dire que notre mobilisation avec le Pr Henri Joyeux a payé. Cela confirme la puissance des actions menées solidairement et en masse pour faire entendre la voix des citoyens. 

C’est un puissant encouragement à continuer notre combat. Oui, nous pouvons nous faire entendre, si nous relayons à grande échelle les messages des lanceurs d’alerte courageux comme le Pr Joyeux et d’autres que nous avons soutenus jusqu’à présent. 

Notre pétition a repris de plus belle depuis quelques jours et s’achemine rapidement vers le million de signatures (921 545 précisément au moment où je vous écris). 

Allons-nous réussir à franchir cette barre symbolique du million ? OUI, à condition seulement que chacun d’entre nous relaye l’appel auprès de son entourage. 

Car vous le savez : je ne peux rien sans vous. Toute notre « force de frappe » dépend de la capacité de chaque personne lisant les messages de l’IPSN de les relayer à son entourage. Nous n’avons aucun autre moyen de nous faire entendre, nos actions étant largement occultées par les médias aux ordres. 

Votre relais est notre seule arme. Vous avez compris à quel point le nombre fait tout. Ne donnons pas à Marisol Touraine le plaisir de se dire qu’elle est en train de gagner avec sa stratégie de laisser traîner les choses pour nous décourager. 

Relancez le compteur des signatures !!! Vous réussirez ainsi à obtenir le retour du vaccin DT-Polio sans aluminium et sans hépatite B dans les pharmacies. Vos enfants, vos petits-enfants, et tous nos concitoyens, vous diront merci, et bravo de votre généreux engagement. 

Cette lettre de Thomas Dietrich, pour affligeante qu’elle soit en ce qui concerne nos autorités de santé, doit nous donner confiance dans notre force, car il confirme à quelle point notre mobilisation a d’influence. 

Voilà une belle illustration du proverbe « Même le plus noir nuage a toujours sa frange d’or ». 

Voici à nouveau le lien pour signer ET faire signer la pétition : petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/message.php 

Avec tout mon dévouement, 

Augustin de Livois

 

 

Assemblée Générale le 28/04/2016 à 20h30 salle Edith Piaf

 

et conférence : 

 

Les méfaits de la pollution lumineuse

sur l'environnement et la santé

 

Intervenant : Bernard BONSENS

Correspondant en Sarthe de l'ANPCEN

 

14/02/2016

CAFE-ARCHI 25 FEVRIER 2016 20h L'EPICERIE SUR LE ZINC-LE MANS

 

COP 21 , et maintenant, sur notre territoire ?

 

Après l'accord COP21 des dirigeants du monde pour limiter le réchauffement climatique, que faisons nous ici, maintenant, au Mans, en Sarthe pour concrétiser cette ambition?

Elus, architectes, associations, industriels, entreprises, individu, "chacun fait sa part"... témoigneront ici de leur engagement concret, de leur succès et des difficultés.

Cette mutation indispensable peut être belle occasion de créativité, tant technologique que comportementale.

intervenant : Samuel GUY vice-président transition énergétique à Le Mans Métropole Modérateur : Pascal Brulon

Café archi est, à l'instar du Café philo, un espace de discussion ouvert à tous, particuliers ou professionnels, porteurs de projet ou non, curieux d'architecture, d'urbanisme, de paysage et de vivre ensemble.

cafe archi 3 v2.pdf
Document Adobe Acrobat 432.8 KB

07/01/2016

 LE FORUM OGM EST REPORTÉ

À UNE DATE ULTÉRIEURE EN 2017

 

 

Forum national OGM et PESTICIDES

Le 30 janvier 2016 de 9h15 à 18h30,

Salle Pierre Guédou au Mans (proche gare sud)

Entrée gratuite

 

- Quels liens entre OGM et pesticides ?

- Quels dangers pour la santé, l’alimentation et l’agriculture ?

- Quelles alternatives ?

- Quels enjeux économiques et sociaux ?

 

Avec les participations de :

 

- Gilles-Eric SERALINI chercheur,

- Jérôme DOUZELET Chef Cuisinier,

- François VIELLERETTE Pdt de l’association Génération future,

- Christian VELOT enseignant chercheur en génie bio- moléculaire,

- Jacques CAPLAT ingénieur agronome,

                    

Forum organisé par le Collectif Stop-OGM 72 

collectif de 17 organisations sarthoises.

 

Pour nous contacter :

stopogm72@gmail.com ou

02-43-24-84-52 ou

06 2825 1815

 

Adresse :

maison des paysans 31 rue d’Arcole 72 000 Le Mans

08/10/2015

23/09/2015

 

TERRES NUCLÉAIRES

Une histoire du plutonium

de Kenichi Watanabe


Documentaire diffusé sur Arte

le mardi 29 septembre 2015 à 20h55

Rediffusion vendredi 9 octobre à 8h50 et mercredi 14 octobre à 8h55


http://www.arte.tv/guide/fr/057063-000/terres-nucleaires

 

14/09/2015

Village des alternatives

  

 Alternatiba Le Mans aura lieu le samedi 19 septembre 2015!

 

https://alternatiba.eu/lemans/prog/

14/09/2015


La publication, le 2 janvier, d’un article dans la revue Science affirmant que l’essentiel des cancers est dû au hasard et l’importance médiatique donnée à cet article visent à relancer l’idée qu’il n’y a pas d’épidémie de cancers et qu’au contraire le phénomène serait « naturel » [1].


Les auteurs basent leur analyse sur une donnée biologique, c’est-à-dire la probabilité des cellules souches à muter. Ce phénomène ne permet en aucune façon d’en déduire que la majorité des cancers sont liés au hasard. Une telle affirmation nie l’essentiel des connaissances sur la réalité de l’épidémie de cancer. Des facteurs de risque comme le tabac pour le cancer du poumon ou l’alcool pour les cancers des Voies Aéro-Digestives sont suffisamment établis pour ne pas pouvoir être niés.


Les auteurs mettent par ailleurs curieusement de côté les cancers du sein et de la prostate, ce que l’on appelle les cancers hormono-dépendants. Le RES a organisé un colloque le 29 octobre dernier au Sénat autour de cette question, en partant du fait que selon les données du Centre International de Recherche sur le Cancer, la France est devenue le 1er pays au monde pour ce qui est de l’incidence, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas chaque année [2].


Ces cancers sont en augmentation partout dans le monde. Le cancer du sein est ainsi devenu le 1er cancer féminin pour 90 % de la population mondiale.

La preuve de l’origine environnementale des cancers vient des données épidémiologiques.


‒ L’incidence des cancers pris en charge au titre des affections de longue durée (ALD) en France a doublé en l’espace de 18 ans, alors que la population concernée progressait de 20 % pendant cette période [3];

‒ Les registres de jumeaux aboutissent à la conclusion que 2/3 des cancers sont liés à l’environnement au sens large [4];

‒ Les migrants adoptent en général les cancers du pays d’accueil [5].

Les preuves sont aussi toxicologiques. L’article de Tomasetti et Vogelstein fait l’impasse sur une donnée scientifique majeure, à savoir le fait que l’origine des cancers ne procède pas seulement, comme on l’a cru longtemps, d’une mutation mais qu’il peut résulter d’une perturbation de l’expression des gènes. Les données toxicologiques montrent de façon indiscutable que des perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A induisent ainsi des cancers du sein et de la prostate après exposition pendant la période de gestation. Ce résultat peut être extrapolé à l’espèce humaine comme le prouve le cas du distilbène, frère jumeau du BPA. Les « filles distilbène » ont un taux de cancer du sein augmenté de 80 % [6].


Au moment où se discute la loi santé, il est urgent de sortir du discours niant la réalité de la crise sanitaire, dont l’épidémie de cancer est une composante. Il est urgent qu’un axe santé environnement soit clairement inséré dans cette loi.


Source : RES

 

08/06/2015

Communiqué de presse de l'ACRO

Trafic de biens de consommation radioactifs : l'ACRO appelle à la vigilance !

 

Papier peint, draps, serviettes hygiéniques… radioactifs vendus sur le thème du bien-être et de la santé ! L’ACRO appelle à la vigilance face à ce qui ressemble à une vaste escroquerie.

 

http://www.acro.eu.org/communique-acro-du-020615/

Communiqué de presse de l'ACRO
Trafic de biens de consommation radioactifs : l’ACRO appelle à la vigilance !
CP150602-anions.pdf
Document Adobe Acrobat 788.8 KB

25/05/2015

Communiqué du CRIIRAD

Contamination légale des aliments en cas d'accident nucléaire

http://www.criirad.org/aliments-nma-accidentnucleaire/sommaire.html

Communiqué du CRIIRAD
La CRIIRAD dénonce le travail scandaleux des experts Euratom et appelle à une mobilisation massive contre le projet de la Commission Européenne.
nma_cp-vl_21-mai-2015.pdf
Document Adobe Acrobat 434.5 KB

28/04/2015

L'irradiation des aliments pour le profit, mais pas pour notre santé

Coluche disait « on ne peut pas dire la vérité à la télé…il y a trop de monde qui regarde ». Avez-vous entendu parler de l’irradiation des aliments à la télévision ? J’en doute….. Comme beaucoup de sujets ce n’est malheureusement pas en écoutant ou en regardant l’information qui nous est donnée, que nous pouvons nous informer, surtout lorsqu’elle n’est qu’évocation de faits. Même si on évoque aujourd’hui des avancées sur la traçabilité, tout en défendant les produits locaux, la malbouffe est toujours bien présente et son évolution montre malheureusement un certain désintérêt sur notre santé, lorsque son intérêt à elle est purement financier. Vous l’aurez compris à côté des pesticides et des OGM il y a les aliments irradiés et c’est de ce côté que j’ai voulu en savoir plus, ceci grâce à la collaboration de Martial Chateau, membre du CA du Réseau Sortir du Nucléaire et membre de la Commission Locale d’Information pour l’irradiateur Ionisos de Sablé-Sur-Sarthe.

L'interview complète sur http://www.francenetinfos.com

La culture des OGM facilitée dans l'Union européenne

L'Europe a mis fin à des années de blocage sur le dossier OGM. Mardi 13 janvier, les eurodéputés ont adopté à une large majorité (480 voix contre 159), en deuxième lecture, un amendement à une directive datant de 2001, permettant à un pays de l'Union de s'opposer aux cultures d'organismes génétiquement modifiés sur son territoire, même si une autorisation a été délivrée au niveau de Bruxelles. Dans le même temps, cette législation, qui entrera en vigueur au printemps, devrait faciliter la culture de semences transgéniques sur un Vieux Continent hostile aux biotechnologies.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/

5% de sucre en moins dans les soda 

Les principaux fabricant de sodas se sont engagés le 09/10/2014 à réduire de 5% la teneur en sucre de leurs produits en 2015 par rapport à 2010 et à limiter  la publicité à la télévision destinée aux enfants.

Il serait intéressant de connaitre l'augmentation de la teneur en sucre avant 2010!!! Quant à la limitation de la publicité, il n'est même pas question de donnée chiffrées.

A suivre...

Le Japon fête ses un an sans nucléaire

 

Il y a des anniversaires qu’on aime fêter plus que d’autres. Celui que nous célébrons aujourd’hui a une saveur particulière. Le Japon vient de passer un an sans énergie nucléaire.

Un an sans nucléaire… C’est possible ? Pourrait-on se passer du nucléaire (et d’un nouveau Fukushima) ? Un an sans nucléaire… Une source d’inspiration pour d’autres pays. Une source de panique pour l’industrie nucléaire.

 

Le nucléaire, une énergie “indispensable”… dont on peut se passer


Il y a un an jour pour jour, le Japon mettait à l’arrêt le dernier réacteur encore en fonctionnement dans le pays (Ohi 4, dans la préfecture de Fukui). Depuis, la totalité du parc du Pays du soleil levant est… endormi. Pour ne pas dire plongé dans un coma profond.

Le Japon est la 3ème puissance économique mondiale. Avec 130 millions d’habitants et 48 réacteurs nucléaires, il est l’un des pays les plus nucléarisés au monde, devancé uniquement par les États-Unis et la France.

Bien que tous ses réacteurs soient à l’arrêt depuis 12 mois, le Japon n’a déploré aucune panne générale d’électricité, ni de baisse de tension. En réalité, si on cumule les temps de mise à l’arrêt des 48 réacteurs, on arrive à 152 ans, soit plus d’un siècle et demi sans production d’électricité nucléaire.

 
Sobriété, efficacité et mobilisation citoyenne
 
Les efforts réalisés par la population en matière d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie se sont traduits par une baisse de la demande en électricité équivalant à la production de 13 réacteurs nucléaires. Dans le même temps, les Japonais ont installé des milliers de micro panneaux solaires photovoltaïques (23 000 foyers s’équipent chaque mois). Le solaire photovoltaïque a connu un essor massif et rapide dans le pays : en 2013, le Japon est devenu le 2ème marché national dans le monde, derrière la Chine.
 

Certes, une nation qui, pendant un demi-siècle, a construit sa politique énergétique sur les combustibles fossiles et le nucléaire ne peut pas, du jour au lendemain, passer au “tout renouvelable” et cesser totalement d’émettre du CO2.

Mais contrairement aux idées reçues, les émissions de CO2 n’ont pas explosé à cause de la mise à l’arrêt des réacteurs nucléaires japonais. C’est-à-dire que la courbe ascendante et insoutenable des émissions a continué à se poursuivre, mais cela n’est pas à mettre sur le compte de l’arrêt du nucléaire. Par exemple, un coup de projecteur montre que l’augmentation était de 8% entre 2010 et 2012, puis de 7% entre 2012 et 2014… À titre de comparaison, la France a vu elle aussi ses émissions augmenter en 2013, malgré ses 58 réacteurs.

 

Mais les renouvelables sont l’avenir et l’avenir est déjà en marche au Japon, D’ici à 2020, les renouvelables pourraient fournir plus de 40 % de l’électricité du pays, d’après le scénario établi par Greenpeace Japon.

 
 

Un an sans nucléaire. Au Japon, le nucléaire, loin de “renaître”, tente de survivre. Il est plongé dans un coma profond depuis un an. Le remettre en marche relèverait de l’acharnement thérapeutique. Débranchons-le !

 

Source : Greenpeace

"1er salon mondial de la filière nucléaire "

Du 14 au 16 octobre, le gratin de la mafia nucléaire se réunit au Bourget à l'occasion du premier salon mondial de la filière. 

Des entreprises sous traitantes, en passant par les transporteurs, jusqu'aux plus gros consortiums nucléaires, pas une entreprises complice ne manquera à l'appel.
Les collectifs et associations se mobiliserons en amont du salon le week- end des 11 et 12 octobre. 


( source réseau sortir du nucléaire )

PROCHAINE CONFERENCE

Jeudi 16 Octobre 2014 de 9h00 à 16h00

Crise sanitaire des Maladies Chroniques : 

les maladies environnementales émergentes nous alertent

Salle Victor Hugo,101, rue de l’Université, 75007 Paris


http://reseau-environnement-sante.fr/2014/09/16/actions-en-cours/colloque-crise-sanitaire-des-maladies-chroniques-les-maladies-environnementales-emergentes-nous-alertent/

Jeudi 9 octobre 2014 20h30

Salle des concerts de la Ville du Mans, rue du Port

 

"La vérité sur l'agriculture bio"

 

Conférence animée par le Gaël AVENEL, agriculteur BIO.

Président du GAB61 et Président de Terre de Normandie


Parking ouvert jusqu’à 2 heures du matin


Tarifs :  

  • Non-Adhérents 4 €.
  • Adhérents  RES, Etudiants, Demandeurs d’Emploi : gratuit.    
Télécharger le flyer
Conf09102014.pdf
Document Adobe Acrobat 139.2 KB

 

LE "DEFAPAGE" DES MOTEURS DIESELS (source automobile magazine). 

Excédés par les avaries de filtre à particules (FAP), nombreux automobilistes optent pour une solution radicale  qui consiste à supprimer le FAP de leur véhicule diésel. On parle alors de défapage. Cette opération serait effectuées par certains bricoleurs et certains professionnels dans la plus parfaite illégalité car les véhicules concernés ne repassent pas  aux Mines ( rebaptisées DRIEE en île-de-france et DREAL en province). Impossible pour ces véhicules d'obtenir le fameux sésame puisqu'il ne respecte plus les normes européennes de pollution.

 

L'ASPARTAME

« L'aspartame et ses produits de dégradation sont sûrs pour la consommation humaine aux niveaux actuels d'exposition », a affirmé l'EFSA dans un communiqué, rendant compte des conclusions d'une « première évaluation complète des risques associés à cet édulcorant de synthèse ».

ET POURTANT...

Les preuves toxicologiques et épidémiologiques sont écrasantes mais l'ANSES, pourtant en pointe suer le sujet du Bisphénol A, continue de soutenir cette fraude.

l’Efsa continue à écarter deux études de 2010 souvent brandies par les anti-aspartame, l’une, danoise, montrant un risque d’accouchement prématuré chez des femmes consommant fréquemment de l’aspartame; l’autre, italienne, mettant en évidence un risque cancéreux chez le rat.

Voici un extrait du RES du 10/12/2013

L’ANSES ne peut pas continuer de couvrir les manquements de l’EFSA.

En conclusion, l’EFSA continue de produire des avis au mépris des règles de base de la déontologie de l’expertise et de couvrir ainsi une fraude manifeste. Elle continue d’écarter les études qui mettent en cause le choix de la DJA de 40 mg/kg le plus souvent sans raison. C’est un processus de même type qui est en cours avec le bisphénol A, pour lequel l’EFSA continue d’ignorer 95 % de la littérature scientifique.

L’agence française ANSES a su prendre ses distances avec l’EFSA sur le bisphénol A. Sur la question de l’aspartame, elle a été alertée par le RES depuis plusieurs années. Jusqu’à quand va-t-elle, elle-aussi, couvrir cette fraude ?

L'aspartame, édulcorant le plus utilisé au monde, se retrouve dans plus de 6 000 produits, du chewing-gum aux boissons allégées, dont plus de 500 produits pharmaceutiques. Selon le Réseau Environnement Santé (RES) qui regroupe des médecins et des chercheurs reconnus, 200 millions de personnes en consommeraient « régulièrement ». Chez les enfants et les femmes en âge de procréer, l'absorption quotidienne est estimée entre 2,5 et 5 mg par kg de poids corporel.  

 

PLAN CANCER 2014-2019

Ce 3ème plan qui prévoit 1,4 milliards d'euros de dépenses sur une stratégie qui a fait preuve de son inefficacité. Qui peut croire que la solution à l'épidémie de cancer soit de trouver des nouveaux médicaments? Comment peut-on aujourd'hui faire un plan cancer qui fait l'impasse sur la question des pertubateurs endocrinien? Le Dr Alain BERGERON nous en a fait la démonstration éclatante en avril 2013 lors de sa conférence sur l'eau.

Ce plan identidfie surtout le tabac et les inégalités comme pricipale cause; laissant une place marginale à l'environnement. Pourtant les chiffres sont là pour mettre en évidence le rôle de plus en plus important de l'environnement  dans la progression de l'épidémie en France et dans le monde.

 

 

UE: vers des produits bio mieux encadrés? (29/3/2014)

Trop de dérogations tuent le bio

«La réglementation actuelle pose problème pour le consommateur du fait qu’elle permet trop de dérogations», reconnaît Dominique Marion, secrétaire national de la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab), contacté par le JDSA. Leur retrait constitue d’ailleurs l’une des mesures phares de la proposition. 

 La Commission européenne a publié mardi sa proposition de règlement sur l’agriculture biologique, avec des contrôles renforcés et moins de dérogations, mais un accès facilité pour les petits agriculteurs. 

Prochaine conférence

21/04/2017

 

Conférence-débat autour des compteurs dits commuicants (LINKY GAZPAR et EAU)

 

Plus d'infos

 

Notre plaquette
Téléchargez la plaquette de notre association et diffusez-là autour de vous !
brochure RES72 pour site internet.pdf
Document Adobe Acrobat 335.4 KB

Suivez-nous sur Facebook